Pascale Chau-huu

Dessin , Peinture , Vidéo


 
photocorseweb  

À PROPOS

Vivre sur une barge à Pormiou, caboter à bord d’un vieux gréement, plonger dans les tombants à trente mètres de fond, et passer le reste du temps à l’école des Beaux-arts de Marseille furent des expériences déci- sives. Peu après l’obtention de son DNSEP avec les félicitations du jury, Pascale Chau-huu découvre l’oeuvre de Cy Twombly, qui, par sa légère- té feinte et sa constante liberté l’inspire encore aujourd’hui.
A partir de 1988, elle expose régulièrement en France.
Depuis 2001, elle vit et travaille à Paris. Ses activités de web designer et de motion designer l’ont amené à élaborer un travail d’images numériques, de vidéos et de récits interactifs.
A présent, revenant à une forme d’immédiateté, de simplicité et de sensualité matérielle, elle développe un travail pictural n’utilisant plus que le charbon, les pigments, la toile et l’eau.

Comment peindre un orage d’été, l’heure des ombres sur la mer, la tentation de la fuite, le dernier souffle d’un proche…?
Le point de départ est l’être, conscience à la fois informelle et aigüe
de l’instant, comme celle de l’animal, qui se tient entièrement présent au monde.
Capturer l’instant, c’est d’abord l’écrire pour fixer les entrelacs de sons, d’odeurs, de mouvements, de formes et de couleurs. C’est la recherche de l’énergie particulière et unique qu’une émotion dépose en moi.
Ensuite, mes croquis de mots en tête, je laisse émerger la peinture,
qui au-delà de l’intention doit avoir sa vie propre.
A l’atelier, c’est comme si le présent pouvait se concentrer et déverser
sa richesse, sa complexité et sa vitalité sur la toile.
Dans un rapport synesthésique au monde, les formes, les rythmes, les cou- leurs et les forces en équilibre renouvellent l’expérience de l’écriture.
Et c’est dans un travail en strates, de moments superposés, que se construit et s’étoffe la peinture.
Chaque toile est une variation poétique autour de l’expérience de vivre, si puissante et fragile, si grave et futile, et si banalement mélancolique.



ACTUALITÉS

Expositions collectives :
– 2018, Le printemps des poètes à la galerie du Génie, Paris
– 2017, Salon d’automne, Paris
– 2016, Etats sauvages, galerie La ralentie, Paris
– 2013, La Nuit des chercheurs, Ecole Polytechnique, Saclay
– 2013, Art Science Factory Days, Saint-Aubin
– 2009, Salon Lafayette, Paris
– 2006, Création de motifs textiles pour Passport Number
– 2004, Festival Biopicture, Friche de la Belle de Mai, Marseille
– 2001, Virus Artekno festival, Paris
– 2001, Supernatura, Galerie Sala 1, Rome
– 1995, Les visiteurs, Musée d’Art Contemporain, Marseille
– 1990, Biennale des jeunes créateurs de l’Europe de la Méditerranée, Musée de la Vieille Charité, Marseille

Expositions personnelles :

– 2003, Martha X, galerie Inknight 64, Paris
– 1996, On n’est pas des sauvages, galerie Espace Ecureuil, Marseille – 1996, Galerie Labyrinthe, Marseille
– 1995, Rien à déclarer, galerie Passage de l’Art, Marseille
– 1992, galerie Le labyrinthe, Marseille



présentation Pascale Chau-huu photographies et textes de mon travail durant ces 6 dernières années  

Pascale Chau-huu

18 rue Jules David 93260 Les Lilas